Départ en force du service de navette du RTL vers la plage de Longueuil
, , ,

Départ en force du service de navette du RTL vers la plage de Longueuil

Les utilisateurs de la plage municipale de Longueuil et du parc national des Îles-de-Boucherville ont été nombreux à utiliser le service de navette gratuite du Réseau de transport de Longueuil (RTL).

L’achalandage était si fort, que le RTL a dû ajouter des autobus supplémentaires.

Ce sont environ 600 personnes qui ont été transportées lors de la première fin de semaine.

Le RTL suggère que les navettes pourraient être remises en place dans les prochaines années, vu la popularité du service.

« C’est un projet pilote, on va évaluer l’intérêt, mais je peux vous dire que si ça se poursuit comme c’est commencé, l’intérêt va être confirmé », explique Michel Veilleux, directeur général du RTL.

Le service sera en place tous les week-ends jusqu’au 4 septembre prochain.

Auteur : Philippe Asselin

Vingt-et-une équipes sont déjà inscrites au deuxième Défi des Tout-Puissants au profit de Leucan Montérégie.
, , ,

Seconde édition du Défi des Tout-Puissants

Vingt-et-une équipes sont déjà inscrites au deuxième Défi des Tout-Puissants au profit de Leucan Montérégie.

C’est plus de la moitié des 40 équipes souhaitées par le comité organisateur.

Les équipes doivent comprendre cinq participants dans le volet compétition et de dix personnes pour le participatif.

Les équipes devront tirer sur une distance trois des six véhicules lourds, allant du véhicule tactique blindé de Rheinmettall Canada de 33 000 lb à un camion du Service incendie de Longueuil de 68 000 lb.

Hugo Girard revient cette année comme co-porte-parole et il aura à ses côtés une jeune fille de huit ans de Sainte-Julie, membre de Leucan, Stella-Rose Bouchard.

Le Défi aura lieu sur les terrains de Pascan Aviation dans la zone aéroportuaire Saint-Hubert, le dimanche 17 septembre prochain.

Selon le chargé de projet, Martin Létourneau, une zone familiale sera aussi aménagée cette année.

Auteur : Henri-Paul Raymond

l'Apart à moi
, , ,

L’Appart à moi pour intégrer les jeunes déficients

Un immeuble de neuf logements destinés à des jeunes déficients intellectuels devrait voir le jour cet automne. 

Le projet, appelé L’appart à moi, vise à encourager l’autonomie et l’insertion sociale de neuf jeunes atteints de trisomie 21 ou déficients intellectuels âgés de plus de 18 ans.

L’immeuble qui sera construit est le fruit du travail ardu des parents de ces jeunes.

Ils ont effectivement organisé des multiples activités avec leurs enfants afin d’amasser les fonds nécessaires pour leur projet.

La Ville de Longueuil a également approuvé, la semaine dernière, une aide financière à cette initiative par le biais d’Accès Logis.

Il s’agit du premier projet en ce genre, mais le président de l’organisme Daniel Leblanc croit qu’il pourrait servir de modèle pour d’autres parents.

«La demande est très grande, mais on veut bien mettre en place ce premier projet. On veut s’assurer que ce soit un succès pour tous les intervenants. C’est certain qu’on estime qu’on est en train de préparer le terrain pour soit d’autres projets que nous allons entreprendre ou que d’autres parents voudront mettre en place. On est certainement prêts à collaborer et à partager pour que ce type de service soit disponible au plus grand nombre de personnes possibles», raconte le président.

Après la construction des logements, M. Leblanc affirme qu’il voudrait collaborer avec les commerces aux alentours pour aider les jeunes à décrocher un emploi.

Auteur : Yessica Chavez

Diane Caron reçoit la médaille de l'Assemblée nationale pour son implication
, ,

Diane Caron reçoit la médaille de l’Assemblée nationale

Diane Caron a reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour son implication dans la Corporation de la fête nationale de Saint-Hubert. 

Cet honneur lui a été remis par la députée indépendante Martine Ouellet.

«Diane est une femme de cœur, travaillante et créative. Elle a à cœur le Québec, sa culture et sa langue. Pendant sa carrière au sein de la Corporation de la Fête nationale de Saint-Hubert, elle a donné tout son temps et son énergie à l’organisation de la Fête nationale pour permettre aux Hubertins de célébrer leur fierté d’être Québécois. Comme journaliste, Diane a toujours fait la promotion de notre culture à travers la rencontre de nombreux artiste [sic]de chez nous », relate la chef du Bloc Québécois.

La citoyenne a été honorée lors du Brunch de la fête nationale à Saint-Hubert devant plus de 160 personnes.

Auteur : FM 103,3

Un surplus de 80M$ qui ne satisfait pas les organismes communautaires
, ,

Un surplus de 80M$ qui ne satisfait pas les organismes communautaires

80 millions de dollars seront ajoutés au Programme de soutien aux organismes communautaires sur une période de cinq ans, une somme qui ne satisfait pas les organismes de la Montérégie.

C’est la ministre Lucie Charlebois qui en a fait l’annonce Jeudi.

« Pour la première année, 10 millions de dollars seront déboursés dans tout le Québec. Cette somme est répartie à travers les régions en fonction du nombre d’organismes communautaires », explique la ministre.

Pour la région de la Montérégie, c’est une enveloppe de 1 236 900$ qui sera ajoutée au financement des organismes communautaires.

Pour la directrice de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie, Johanne Nasstrom, ce montant est loin d’être suffisant.

« Le réseau public qui est responsable des organismes communautaires en santé et en services sociaux nous ont clairement dit qu’il y a un manque à gagner de 30 millions en Montérégie. En fait, les organismes pourront bénéficier d’un nouveau crédit de 1,2M$, mais on a un manque à gagner de 30M$ » rapporte l’intervenante.

En plus de ce manque à gagner, Madame Nasstrom explique que les organismes recevront moins d’argent que lors des années précédentes.

« Dans les années précédentes, on recevait aussi une indexation. Cette année, Mme la ministre nous a annoncé une indexation de notre financement de 0,7%. Ce qui est inférieur au montant que l’on recevait auparavant », relate Mme Nasstrom.

Elle déplore que cette indexation ne couve pas la hausse du goût de certains services, comme l’électricité, l’épicerie ou le salaire des employés, par exemple.

Auteur : Philippe Asselin

Centraide investit 5,2 M$ sur la Rive-Sud
, , ,

Centraide investit 5,2 M$ sur la Rive-Sud

Centraide du Grand-Montréal a annoncé des investissements de 5,2 M$ sur le territoire de la Rive-Sud répartis dans 54 organismes.

Cet investissement vise à lutter contre la pauvreté dans la région et plus particulièrement contre le phénomène des travailleurs pauvres.

Mario Régis, vice-président au Développement social chez Centraide Grand-Montréal, explique que de plus en plus de travailleurs n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins.

«On parle particulièrement d’immigrants récents et de femmes chef de familles monoparentales. Les gens de l’ACEF [l’Association coopérative d’économie familiale] de Longueuil constatent que 42% des gens qui participent à leurs consultations sont des gens qui travaillent.  On a 60% des personnes qui consultent qui sont des femmes», illustre M. Régis.

À Longueuil, c’est surtout dans l’arrondissement du Vieux-Longueuil qu’on retrouve le plus de travailleurs pauvres.

Une situation qui pourrait s’expliquer par la proximité de la station de métro Longueuil- Université-de-Sherbrooke.

Auteur : Yessica Chavez

Le mouvement communautaire de Longueuil demande un fond pour lutter contre la pauvreté
, , ,

Le mouvement communautaire de Longueuil demande un fond pour lutter contre la pauvreté

Des organismes communautaires de l’agglomération de Longueuil se sont réunis, lundi pour demander aux candidats des diverses mairies de mettre sur pied un fonds pour soutenir la lutte à la pauvreté. 

Devant l’hôtel de ville de Longueuil, les portes-paroles de ce mouvement ont chiffré leur demande.

« La demande, elle est très précise : on parle de 800 000$. C’est la moitié du fond du développement des territoires. On demande qu’il soit accordé en matière d’initiative », explique Marie-Christine Plante, adjointe à la direction de Carrefour pour Elle.

Le fonds du développement des territoires sert à soutenir les municipalités régionales de comté (MRC) pour des mesures de développement local et régional. Pour 2017-2018, L’agglomération de Longueuil recevra 1,6 M$.

Selon les représentants des organismes communautaires, présentement la totalité de l’argent de ce fonds est remis à Développement économique de l’agglomération de Longueuil. Trop peu d’argent est également redistribué au développement social.
Pour Martin Boire, directeur général de la Corporation de développement communautaire de l’agglomération de Longueuil, la somme demandée est un point de départ.

« 800 000$ c’est clairement insuffisant. Sauf que si l’agglomération de Longueuil se dote d’un fond, ça lui permet de s’en servir comme d’un levier structurant pour aller chercher d’autres financements gouvernementaux », rapporte M. Boire, qui agit aussi à titre de porte-parole du mouvement communautaire.

Le mouvement communautaire a l’intention de se faire entendre tout au long de la campagne électorale municipale, avec l’objectif de voir tous les candidats s’engager à mettre sur pied ce fonds.

Auteur : Philippe Asselin

,

Le centre culturel Jacques-Ferron souligne 50 ans

Le centre culturel Jacques-Ferron offre une exposition originale pour souligner son 50e anniversaire.

L’établissement propose une exposition collective des œuvres créées par les participants et professeurs des ateliers offerts au centre.

Le public est invité à découvrir la soixantaine d’œuvres en montre le dimanche 21 mai.

Chacune des réalisations reflète la vision des artistes envers le centre et son fondateur, Jacques Ferron.

Auteur: FM 103,3

Un organisme de Longueuil veut nourrir les itinérants
, ,

Un organisme de Longueuil veut nourrir les itinérants

L’organisme Les porteurs d’espérance de Longueuil veut offrir des repas quotidiens aux itinérants, les gens dans le besoin et aux sans-abri.

Actuellement, l’organisme réussi à servir 150 repas par semaine à cette clientèle, mais aimerait faire plus.

Il songe donc à acquérir un local pour ses activités, et ce, d’ici l’automne prochain.
Cependant, comme l’indique Lise Béliveau, Les porteurs d’espérance a besoin de 500 000$ pour acheter et rénover le local convoité sur la rue Saint-Jean.

Pour ce faire, l’organisme tient des activités de financement, sollicite des députés et la ville de Longueuil.

C’est un deuxième organisme qui vient en aide aux sans-abri et Lise Béliveau croit qu’il y a de la place pour les services que veut offrir Les porteurs, même si la Table Itinérance Rive-Sud est active auprès des itinérants.

Le porte-parole, Marco Carpyntero n’a pas de contact avec les gens des porteurs, et rappelle que son organisme fait du travail de réinsertion sociale et d’hébergement auprès des sans-abri et ne sert pas de repas.

Il craint un dédoublement de services toutefois dans certains domaines.

Auteur : Henri-Paul Raymond

Le syndicat des travailleurs de CPE manifeste à Longueuil
, ,

Le syndicat des travailleurs de CPE manifeste à Longueuil

Environ une cinquantaine de représentants syndicales du Syndicat des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance de la Montérégie (STTPEM) ont manifesté sur la passerelle enjambant la route 132 proche de la rue Labonté, mardi midi.

Le Syndicat demande à l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APN) de revenir à la table des négociations.

Depuis décembre dernier, l’APN refuse de négocier les thermes d’une convention collective échue depuis plus de deux ans.

La présidente du STTPEM, France Laniel, explique pourquoi l’APN refuse d’être à la table des négociations.

« L’APN voudrait négocier de A à Z une convention collective. Nous on a une partie des négociations au national avec le ministère, car c’est le Ministère qui donne de l’argent. Alors, l’APN est sorti de la table et nous on veut qu’elle y retourne », rapporte Mme Laniel.

L’APN poursuit présentement les Syndicats de la petite enfance et souhaite attendre le jugement dans cette cause pour poursuivre les négociations.

Encore une fois, France Laniel sur les raisons de cette poursuite.

«  Actuellement on négocie un par un [les conditions de travail de] nos CPE, parce que la loi nous permet de le faire juste de cette façon-là. L’APN dit qu’on est de mauvaise foi, car elle veut négocier regroupé tout en ne voulant pas négocier avec le Ministère », expose la présidente.

Le STTPEM prévoit d’autres actions de ce type tant que leurs revendications ne seront pas entendues.

Auteur : Philippe Asselin

Premiers Pas Champlain récompensé pour son dévouement
, ,

Premiers Pas Champlain récompensé pour son dévouement

L’organisme Premiers Pas Champlain a reçu deux certificats de reconnaissance pour son dévouement. 

Il s’agit d’un organisme communautaire à but non lucratif qui aide les familles ayant un ou plusieurs enfants de cinq ans et moins à faire face au stress et aux difficultés de la vie de parent.

Premiers Pas Champlain oeuvre auprès des familles de Brossard, Greenfield Park, LeMoyne et Saint-Lambert depuis maintenant 25 ans.

Ces certificats ont été remis par les députées de Laporte et de Vachon, Nicole Ménard et Martine Ouellet.

Auteur : Philippe Asselin

Aide financière pour des organismes
, , ,

Plus de 300 000$ pour le financement d’organismes communautaires

Une somme de 301 386$ a été allouée à six organismes communautaires des circonscriptions de Marie-Victorin et de Taillon.

Ceux-ci oeuvrent dans les domaines de l’alphabétisation, de la lutte contre le décrochage scolaire et de la formation continue.

Il s’agit des organisations La Fablier, une histoire de famille, le Carrefour de développement social par l’éducation populaire, La maison de Jonathan, Macadam Sud, Action jeunesse St-Pie X de Longueuil et La Boîte à lettre de Longueuil.

Cette somme provient du financement de 9 millions de dollars accordé au Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE) pour la période 2016-2017.

Le PACTE sert à créer un environnement favorable au développement de l’action communautaire dans la communauté et à faire connaître, à promouvoir et à soutenir les organismes d’action communautaire.

Auteur : Philippe Asselin

Des Ambassadeurs De Facto issus de villes de l'agglomération
, ,

Des Ambassadeurs De Facto issus de villes de l’agglomération

Douze étudiants du niveau secondaire et collégial de la Montérégie agiront comme Ambassadeurs De Facto contre la pratique du tabac.

De ce nombre, trois proviennent d’établissements se trouvant sur le territoire de l’agglomération de Longueuil.

Il s’agit de Kimberly Tremblay Collège Charles-Lemoyne, Mariana Gomes Sousa de l’école internationale Lucille-Teasdale et de Jonathan Ouellette de l’École secondaire Antoine-Brossard.

Chaque ambassadeur a dû compléter un dossier de mise en candidature, expliquant ses motivations face à De Facto.

De plus, les Ambassadeurs veulent prêcher par l’exemple en matière de saines habitudes de vie, et ce, sans tabac.

Longueuil : une rencontre sur l'économie sociale
, ,

Longueuil : une rencontre sur l’économie sociale

Aujourd’hui se déroulait le Rendez-vous de l’économie sociale de l’agglomération de Longueuil, un événement où étaient rassemblés une centaine d’entrepreneurs collectifs et d’acteurs socioéconomiques de la région.

Celle-ci comprenait diverses conférences et était une présentation du Pôle de l’agglomération de Longueuil et de Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL).

La directrice générale de celui-ci, Julie Ethier explique ce que représente l’économie sociale pour la région.

« L’économie sociale dans l’agglomération de Longueuil, c’est un pan très important de notre économie. Ça représente 200 entreprises, un chiffre d’affaires de 160 millions de dollars et près de 3000 emplois, qui sont créés par ce volet de notre économie », explique M. Ethier.

Présent sur les lieux, le directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant, vante l’apport de l’agglomération à ce type d’économie.

« Longueuil est l’un des pôles le plus actif, en plus ils ont été des pionniers dans certains domaines. Sur le plan québécois, on peut dire que Longueuil est relativement actif en entreprenariat collectif », relate l’économiste.

M. Aussant était présent à Longueuil dans le cadre de la tournée des régions du Chantier de l’économie sociale.

Auteur : Philippe Asselin

150 000$ pour sept projets en économie sociale
, , ,

150 000$ pour sept projets en économie sociale

Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) et le Pôle de l’économie sociale ont annoncé les lauréats de leur tout premier appel de projets à ce sujet.

La directrice générale de DEL, Julie Ethier, explique le processus de sélection des projets

« On a reçu, au total, une quinzaine de projets en économie sociale. Ils ont été analysés par un comité d’expert en financement et en économie sociale. Ce qui nous permet aujourd’hui de récompenser les sept projets qui se sont le plus démarqués», explique la directrice générale de DEL, Julie Ethier.

Un montant de 150 000$ sera remis aux sept entreprises et permettra la création de 29 emplois à temps plein.

Concrètement, cette subvention aidera des entreprises comme Mission Nouvelle Génération, qui vient en aide aux familles démunies de la région.

Pour son directeur général, Stéphane Plante, cette aide est grandement appréciée.

« Ça nous donne un coup de pouce, une visibilité, un encouragement d’aller de l’avant, car tout est à construire », rapporte M. Plante

Outre cette entreprise, les autres récipiendaires sont Amélys, le Centre Petite Échelle, Dose Culture, l’Orchestre symphonique de Longueuil, La Tablée des Chefs et Réseau Internet de Brossard.

Auteur : Philippe Asselin

TROC-Montérégie dénonce du sous-financement
, ,

TROC-Montérégie dénonce un sous-financement

La Table régionale des organismes communautaires et bénévoles (TROC) de la Montérégie dénonce le sous-financement des organismes communautaires.

Elle critique particulièrement les nouveaux crédits gouvernementaux qui allouent 10 M$ pour l’ensemble du Québec et une indexation de 0,7%.

Selon Johanne Nasstrom, directrice générale de la TROC-Montérégie, ces montants ne répondent pas aux besoins criants des organismes communautaires.

«Ce qu’on demande au gouvernement, c’est une indexation minimale de 3,5% qui nous permettrait d’arriver à couvrir l’augmentation du coût de la vie. L’argument de la Ministre est que l’Indice des prix à la consommation (IPC) n’est pas très élevé. Sauf que l’IPC ne prend pas en considération le rôle des organismes communautaires comme employeurs. On a des organismes communautaires qui payent au salaire minimum leurs employés qui sont diplômés du cégep ou de l’université!», s’exclame Mme Nasstrom.

L’organisation a d’ailleurs initié une campagne de contestation.

Elle incite tous les organismes communautaires à faire parvenir une lettre demandant un financement «juste et équitable» à la ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois.

Auteur : Yessica Chavez

L'Essence Ciel
, ,

Pratique illégale dans un centre de thérapie de Longueuil

Le centre de désintoxication, L’Essence Ciel, situé à Longueuil exigerait des frais illégaux à sa clientèle, selon ce que rapporte le Journal de Montréal.

Celui-ci demanderait 50$ aux personnes hébergées qui désirent passer une nuit à l’extérieur de leur établissement.

Pour le président de la Coalition des organismes communautaires en dépendance, Nicolas Bédard, cette pratique est inacceptable car la sortie fait partie du processus de réhabilitation.

Une pratique interdite par le Gouvernement du Québec.

L’an dernier, Québec a versé 6 millions de dollars aux 70 centres de thérapie sur son territoire, à condition qu’ils n’exigent pas de frais de sortie à leurs usagers.

Selon des informations du Journal de Montréal, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a immédiatement demandé à son ministère d’effectuer des vérifications et a rappelé que celui-ci a déjà agi par le passé pour régler des situations similaires.

Du côté du centre l’Essence Ciel, la directrice générale, Marie-Claude Coudé, a réagit par voix de communiqué.

Elle décrie le traitement médiatique que son organisme reçoit et accuse les centres privés, qui ont exposé la situation, de l’avoir fait pour des raisons pécuniaires.

De plus, Mme Coudé affirme qu’aucun frais illégal n’est perçu et que tout est déclaré.

Auteur : Philippe Asselin

Longueuil sonde ses aînés sur leurs préoccupations
, , ,

Longueuil sonde ses aînés sur leurs préoccupations

Les citoyens âgés de 55 ans et plus de Longueuil sont invités à répondre à un sondage sur quatre grands thèmes, soit vivre, s’impliquer, s’informer et se déplacer.

Le questionnaire est disponible sur le site web de la Ville et des copies papiers sont également disponibles dans divers organismes communautaires ainsi que dans les bibliothèques publiques.

Il peut être rempli jusqu’au 31 mai.

La Ville prévoit également la tenue d’une soirée d’échange le 4 mai prochain.

Les citoyens qui souhaitent y participer doivent s’inscrire au préalable et choisir sur lequel des quatre thèmes ils comptent donner leur opinion.

Cette démarche consultative se déroule dans le cadre de la mise à jour de la certification Municipalité amie des aînés.

Ces consultations et les autres démarches entreprises par la Ville dans ce dossier culmineront par le dépôt d’un portrait de la situation des aînés à Longueuil et un la mise en place d’un nouveau plan d’action.

 Auteur : Yessica Chavez

90 000 $ pour soutenir les aînés
, ,

90 000 $ pour soutenir les aînés

Le gouvernement du Québec a annoncé l’octroi d’une subvention au Réseau Sentinelle Champlain. 

Cet organisme communautaire de la circonscription de Laporte œuvre auprès des aînés en situation de vulnérabilité.

La somme de 90 000$ assurera, pour les deux prochaines années, le maintien en poste de travailleurs qui accompagnent et orientent les personnes aînées vers les ressources communautaires et institutionnelles offrant des solutions notamment contre l’isolement, la maltraitance et l’intimidation.

Cette annonce a été faite en début de semaine par Nicole Ménard, députée de Laporte et provient de l’investissement de 10,8 millions de dollars annoncé le 21 mars dernier, pour le renouvellement de l’aide financière accordée à 120 organismes communautaires.

Auteur : Philippe Asselin

Brossard inaugure le Fab Lab de la bibliothèque Georgette Lepage
, ,

Brossard inaugure le Fab Lab de la bibliothèque Georgette Lepage

La Ville de Brossard a inauguré lundi matin son premier Fab Lab à la bibliothèque Georgette-Lepage.

Ce nouvel espace met à la disposition des usagers des outils et des équipements technologiques numériques pour réaliser des projets.

Une brodeuse numérique, trois imprimantes et un numériseur 3D, une machine de découpe au laser, une de papier et carton ainsi qu’une de vinyle, puis une fraiseuse à commande numérique sont donc maintenant acessibles à la bibliothèque de Brossard.

Des ordinateurs portables ainsi que des outils traditionnels s’y retrouvent également.

Le coût du projet s’élève à 325 000$ dont 125 000$ ont été financés par le ministère de la Culture et des Communications.

Auteur : Yessica Chavez

Des bénévoles du CABB donnent un coup de main
, ,

Des bénévoles du CABB donnent un coup de main

Le Centre d’action bénévole de Boucherville (CABB) aux résidents de la ville qui éprouvent des difficultés temporaires ou permanentes un service fort apprécié.

Des bénévoles peuvent leur donner un coup de main pour effectuer de menus travaux dans leur résidence ou sur leur terrain, tout à fait gratuitement.

Ce peut être des réparations mineures comme installer une tringle à rideaux, calfeutrer une fenêtre, réparer une poignée de porte ou assembler un meuble.

Ils refusent toutefois de faire des travaux lourds ou répétitifs ou ceux impliquant des compétences en électricité ou en plomberie.

Il suffit, pour les intéressées, de communiquer avec le CABB.

Auteur : FM 103,3

Des lieux où il sera interdit de fumer
, ,

Des lieux où il sera interdit de fumer

Les fumeurs doivent prendre note qu’il doivent éviter d’allumer et de griller une cigarette dans des endroits publics, et ce, dès aujourd’hui.

Outre les terrasses, il est désormais d’avoir une cigarette au bec dans les parcs, les terrains sportifs, les terrains de jeu, les aires de jeux extérieurs pour enfants et les parcs de vacances.

Mais, il y a plus, car tout ce qui est terrain scolaire, pour enfants, adultes ou professionnels, ce sera aussi interdit, tout comme les terrains des CPE.

À noter que les voitures avec à bord un enfant de moins de 16 ans font partie de la liste, tout comme les aires communes des édifices à logement de moins de six unités.

Si quelqu’un est pris en défaut, cette personne risque de recevoir une amende salée pouvant aller jusqu’à 1 500$.

Auteur : FM 103,3

Un rendez-vous pour l'autisme à Saint-Hubert
, , ,

Un rendez-vous pour l’autisme à Saint-Hubert

C’est ce dimanche que devraient se réunir à Saint-Hubert quelques centaines de personnes pour parler du trouble de l’autisme.

Le point de ralliement est l’école André-Laurendeau.

Autisme Montérégie a confirmé que la ministre déléguée à la région et à la Réadaptation et la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, sera présente.

Les citoyens sur place prendront part à une marche symbolique de quatre kilomètres en appui à la cause de l’autisme.

La Grande marche est prévue de 10h à 11h15, alors que la journée d’activité commence à 9h.

Des activités pour toute la famille sont organisées et la présence d’une dizaine de personnages mythiques de Stars Wars seront sur place.

Cette activité fait suite au dépôt du plan d’action sur le trouble du spectre de l’autisme.

Auteur : FM 103.3

Des maires unissent leurs voix pour les enfants
, , ,

Des maires unissent leurs voix pour les enfants

Treize mairesses et maires de la région unissent leurs voix pour lancer un appel et venir en aide aux enfants de familles à faible revenu.

Les premiers magistrats des villes de Beloeil, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville, Sainte-Julie ou Varennes font partie de ce mouvement mis en branle pour aider les enfants.

Ils disent avoir été interpellés par le portrait annuel de l’Observatoire des tout-petits sur l’environnement dans lequel se développent ces enfants.
Selon des chiffres de 2013, près de 10 % des tout-petits de familles montérégiennes vivent de faible revenu.

Un des principaux obstacles qu’ils veulent aider à surmonter est l’accès à un logement décent, une meilleure nutrition et des conditions de vie plus enviables.

Les maires des treize villes s’engagent à mettre en place des mesures qui vont favoriser le développement et le bien-être de des enfants âgés de la naissance à cinq ans.

Ils invitent les citoyens à joindre le mouvement collectif pour faire une différence dans la vie de ces familles.

Auteur : Henri-Paul Raymond